altier


altier

altier, ière [ altje, jɛr ] adj.
• 1578; it. altiero, de alto « haut »; lat. altus
Vx Haut, élevé.
(XVIIe) Mod. Qui a ou marque la hauteur, l'orgueil du noble. 1. hautain. « La race altière des Guermantes » (Proust).

altier, altière adjectif (italien altiero, fier) Littéraire. Qui manifeste un dédain méprisant ; hautain, orgueilleux. ● altier, altière (synonymes) adjectif (italien altiero, fier) Littéraire. Qui manifeste un dédain méprisant ; hautain, orgueilleux.
Synonymes :
- dédaigneux
- impérieux
Contraires :

altier, ère
adj. Qui a ou qui marque de l'orgueil, de la fierté. Démarche altière. Caractère altier.

⇒ALTIER, IÈRE, adj.
A.— [En parlant de pers., de leur caractère, de leur comportement] Qui est d'une grande fierté. Peuple altier, esprit altier :
1. Qui l'eût pu prévoir? se disait-il. Une fille d'un caractère si altier, d'un génie si élevé, plus fière que moi du nom qu'elle porte!
STENDHAL, Le Rouge et le noir, 1830, p. 438.
2. Si son amour-propre eût été moins profondément blessé, Malorthy se fût décidé sans doute à rendre bon compte à sa femme de sa visite au château. Il pensa mieux faire en dissimulant quelque temps encore son inquiétude et son embarras, dans un silence altier, plein de menaces.
G. BERNANOS, Sous le soleil de Satan, 1926, p. 70.
3. J'entends par là que l'on sent l'auteur nourri de la Bible; d'où cette sorte d'austérité, de dépouillement du récit; d'où cette grandeur, cette noblesse sans panache, cette altière résignation; le ton même du récit, souvent, est biblique.
A. GIDE, Journal, 1941, p. 102.
Avec nuance péj. Qui fait sentir sa supériorité, qui cherche à écraser :
4. La famille de son mari, altière et fastueuse, la voulut mortifier plus d'une fois sur ses humilités : elle ne s'en déconcertait pas.
Ch.-A. SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 308.
5. On me fait des plaintes de Girard; son caractère entier, altier, brusque et tranchant, ne le rend pas commode à vivre et fait un peu tort à la société de chant du conservatoire, me dit-on.
H.-F. AMIEL, Journal intime, 12 juin 1866, p. 318.
6. Ce n'est plus l'altière, la méprisante voluptueuse que je presse sur mon cœur. Ce n'est plus qu'une petite fille malheureuse et bafouée.
P. BENOIT, L'Atlantide, 1919, p. 262.
B.— [En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Sans nuance péj. Noble :
7. Son poing de créateur, fait pour le marbre altier, Trace des chiffres vils sur un obscur papier.
SULLY PRUDHOMME, Les Solitudes, Damnation, 1869, p. 56.
8. Mais aussi, faut-il que l'existence soit abominable pour que ce soit là le seul bonheur vraiment altier, vraiment pur que le ciel concède, ici-bas, aux âmes incrédules que l'éternelle abjection de la vie effare.
J.-K. HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 53.
Spéc. Qui impressionne par sa hauteur. Dôme altier, pic altier, âme altière :
9. Enfin nous prenons l'habitude de semer nos landes de pins maritimes. Ces pins altiers, si droits, qui finissent par être dépouillés de branches, et qui, ne gardant qu'une cime maigre et plate sans ombre presque, oscillent d'un bloc sous le vent comme des fûts d'airain ...
J. DE PESQUIDOUX, Le Livre de raison, t. 1, 1925, pp. 162-163.
Prononc. :[altje], fém. []. LITTRÉ condamne la liaison avec le r de altier dans : Cet homme est altier et dur. ,,Beaucoup de mots en -ier, dont l'r ne se prononçait pas au XVIe siècle pas plus qu'aujourd'hui ont repris l'r aux XVIIe et XVIIIe siècles, par exemple altier, entier, familier, etc. Dans ces mots la prononciation de -er s'est modelée sur celle de fier, hier`` (FOUCHÉ t. 2 1969, p. 251). FÉR. cite cette prononc. en 1787 (mais pas en 1768!), concurremment avec la forme actuelle. De même GATTEL 1841. ,,L'Académie maintient encore en 1762 l'r d'altier qu'elle ne laisse disparaître qu'en 1835`` (MART. Comment prononce 1913, p. 293).
Étymol. ET HIST. — a) 1578 « haut. élevé » (D'AUBIGNÉ, Printemps, II, 2 ds DG : Plus altière que l'aer); b) 1611 « qui est fier, orgueilleux » (COTGR. : Altier [...] Proud, loftie, stately, disdainefull, haughtie).
Empr. à l'ital. altero attesté au sens a dep. la 1re moitié du XIIIe s. (GIACOMO DA LENTINI, II-100 ds BATT. t. 1 1961), au sens b dep. le XIIIe s.; au XIVe s. forme altiero (M. VILLANI, 7-54, ibid. : Si mostrava in atto e nel suo portamento più superbo che altiero. ID., 8-29 : Il tesoriere altiero e presuntuoso non si curò del pagamento né delle minaccie), cette 2e forme ayant disparu au profit de la 1re.
STAT. — Fréq. abs. litt. :407. Fréq. rel. litt. :XIXe s. a) 667, b) 1 182; XXe s. : a) 459, b) 251.
BBG. — BONNAIRE 1835. — DARM. Vie 1932, p. 145. — DUP. 1961. — GOUG. Mots t. 2 1966, p. 86. — GUIZOT 1864. — KOLD. 1902. — LAF. 1878. — LAV. Diffic. 1846. — SAR. 1920, p. 5.

altier, ière [altje, jɛʀ] adj.
ÉTYM. 1578; ital. altiero, de alto « haut », du lat. altus.
1 Vx. Élevé, haut. || Les monts altiers (compris aujourd'hui comme métaphore du 2., valeur déjà perceptible dans la langue class. → ci-dessous, cit. 3).
2 (1611). Mod. (mais style soutenu ou par plais.) Qui a ou qui marque la hauteur, l'orgueil propre aux situations sociales dominantes. || Un personnage altier. || Caractère altier. || Humeur altière. || Allure, démarche altière. Fier, hautain, noble, orgueilleux.
1 Don Diègue est trop altier et je connais mon père (…)
Corneille, le Cid, II, 3.
2 Victorieux de cent peuples altiers (…)
Boileau, Épîtres, 4.
3 Lève, Jérusalem, lève ta tête altière !
Racine, Athalie, III, 7.
4 Cet air altier et noble (…)
Beaumarchais, le Barbier de Séville, I, 2.
4.1 C'était un trait de cette nature altière : elle ne reprenait pas l'aumône refusée par un pauvre.
M. Yourcenar, le Coup de grâce, p. 169.
Par métaphore. Dont la hauteur évoque un sentiement d'humilité chez l'homme. || Pics altiers, cimes altières.REM. Avant l'emploi fig. (XVIIe s.) altier ne signifie concrètement que « élevé », mais le mot est lui-même noble.
5 Je vois les altières futaies,
De qui les arbres verdoyants
Dessous leurs grands bras ondoyants
Cachent les buissons et les haies (…)
Racine, Poésies diverses, Ode II, « Le paysage en gros ».
Péj. Arrogant, dédaigneux, méprisant avec hauteur.
6 La tyrannie altière, atroce, inexorable,
Est le vaste échafaud de l'homme misérable (…)
Hugo, la Légende des siècles, « Rois et peuples », XX, 2.
DÉR. Altièrement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Altier — Altier …   Deutsch Wikipedia

  • altier — altier, ière (al tié, tiê r . Cet homme altier et dur ; dites : al tié et dur. Des grammairiens veulent qu on prononce al tiê r et dur ; mais cela est mauvais, même en poésie : l hiatus vaut mieux que cette articulation de l r) adj. Qui a de l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Altier — Saltar a navegación, búsqueda Altier País …   Wikipedia Español

  • altier — ALTIER, ÈRE. adj. Superbe, qui a de la fierté, qui marque de la fierté. Mine altière. Façon altière. Esprit altier. Humeur altière. Caractère altier …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • altier — altiér adj. m., pl. altiéri; f. sg. altiéră, pl. altiére Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  ALTIÉR, Ă adj. care arată un orgoliu nemăsurat şi dispreţuitor; semeţ, îngâmfat. (< fr …   Dicționar Român

  • Altier — is a commune in the Lozère department in southern France …   Wikipedia

  • ALTIER — IÈRE. adj. Superbe, qui a de la fierté, ou qui marque de la fierté. Esprit altier. Humeur altière. Caractère altier. Mine altière. Sa démarche altière …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Altier — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Altier, commune française de la Lozère, l Altier est une rivière française du département de la Lozère. Catégorie : Homonymie …   Wikipédia en Français

  • altier — adj. => Fier …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Altier (Rivière) — Pour les articles homonymes, voir Altier. l Altier Le barrage de Villefort, sur l Altier …   Wikipédia en Français